Le pot-au-feu, c’est pas que pour les vieux !

POURQUOI DEVRIONS-NOUS MANGER DU POT-AU-FEU UN PEU PLUS SOUVENT ?

1. C’est un plat traditionnel français !

2. Dans la cuisine, pendant et après, ça sent comme chez grand-mère…

3. et du coup ça rappelle pleins de bons souvenirs.

4. Au porc, ça revient franchement pas à très cher.

5. Et l’hiver ça réchauffe le ventre !

6. Point ultra-cool : c’est pas fabuleusement calorique !

7. La bonne soupe du lendemain soir est déjà prête : le bouillon de cuisson se recycle ! (« Rien ne se perd, tout se transforme »…)

8.  Et puis finalement, on aime TOUS le pot-au-feu.

Pot-au-feu délicieux.

Conquis ? Essayez la version landaise au jarret de porc, tellement simple et courez donc acheter pour 6 personnes :

  • 3 jarrets
  • 3 carottes
  • 2 navets
  • 1 branche de céleri
  • 1/2 chou blanc
  • 6 pommes de terre
  • 2 oignons
  • 4 gousses d’ail
  • Qq clous de girofle
  • 1 bouquet garni
  • 1 bouquet de persil
  • 2 blancs de poireaux
  • 1 bonne pincée de gros sel

(Mais en vrai, dans le pot-au-feu on met ce qu’on veut ! Variations de légumes selon les goûts de chacun totalement tolérées.)

Actions : Faire bouillir les jarrets pendant  10 minutes. Pendant ce temps, éplucher tous les légumes, couper les oignons (les piquer avec les clous de girofle), les navets, les poireaux, les carottes et le chou blanc en 2 (les pommes de terre aussi si elles sont grosses). Vider l’eau de cuisson du jarret, en remettre, remettre également les jarrets ainsi que tous les autres ingrédients et laisser mijoter pendant 2 bonnes heures.

Pour la présentation, ôter les jarrets et les couper en morceaux. Les placer au centre d’un plat, égoutter les légumes et les disposer autour. Et surtout garder le bouillon, il est délicieux ! Bon ap 😉

Les gnocchis, c’est easy !

Gnocchis natures aux pommes de terre

Voici très certainement la recette la plus simple qui existe pour réaliser de très très bons gnocchis !

A savoir qu’il existe deux sortes, ceux à la semoule (les italiens) et ceux aux pommes de terre (les niçois). Ci-dessous une recette aux pommes de terre, certainement la plus facile, qu’on peut traditionnellement additionner de parmesan, ou d’herbes fraîches (ciboulette…)

Pour 4 personnes, il faut :

  • 800 g de pommes de terre (j’ai utilisé des rattes du Touquet)
  • 150 g de farine
  • 2 jaunes d’oeuf
  • sel, poivre, noix de musacde
  • huile d’olive

Faire cuire les pommes de terre puis les écraser au presse purée. Y ajouter la farine, les jaunes d’oeuf, saler, poivrer, ajouter un peu de noix de muscade et mélanger. Former des petits gnocchis (je n’ai pas trouvé comment décrire la forme…) à l’aide de la paume des mains et les faire dorer dans une poêle préalablement huilée. (Certains les font recuire dans l’eau bouillante avant). Re-salez, re-poivrer et re-muscader !

Aïoli maison : fastoche !

Aïoli

L’aïoli est une sauce à base d’ail et d’huile d’olive, très utilisée autour du bassin nord de la Méditerranée. A noter que traditionnellement, on n’y ajoutait pas d’oeuf ! En Catalogne, elle était consommée sur du pain grillé à la tomate.

  • 5 gousses d’ail dégermées
  • un jaune d’oeuf
  • 3 dl d’huile d’olive (à défaut de colza)
  • option : qq gouttes de citron
  • sel, poivre

Sortez tous les ingrédients du frigidaire 1h avant (tous les ingrédients doivent être à la même température, secret de la mayonnaise !) Ecrasez l’ail, soit au presse-ail, soit au mixeur. Montez la mayonnaise, ajouter l’ail et assaisonnez !

Astuce : ajoutez une cuillère d’eau chaude à la fin, pour éviter que votre sauce se décompose

 

Foie gras poêlés et velouté de châtaignes

 

Foie gras poêlé et velouté de châtaignes

J’ai goûté ce plat (en entrée) dans un fameux restaurant sparnacien où j’adore me rendre… la Table Kobus. Elle m’a tellement plue, que j’ai tenté de la reproduire, presque à l’aveugle -ou plutôt devrais-je dire au goût !

Cette recette, finalement simple et plutôt rapide, peut se déguster en amuse-bouche, entrée ou plat. Elle convient aussi bien à un repas de fête, qu’à un dîner de St Valentin !

Ce qu’il faut avoir prévu d’acheter :

  • Un foie gras cru entier d’au moins 400 g (selon le nombre d’assiette, vous n’utiliserez pas tout, mettez le reste au congélateur !). On trouve des foies gras dé-veiné, pour ceux qui n’en ont pas le savoir-faire. Pour apprendre, regardez cette vidéo.
  • Une boite de châtaignes d’au moins 600g (se trouve en conserve ou en bocal en grande surface) cuits à la vapeur
  • 2 cubes de bouillon de volaille
  • 20 cl de crème liquide
  • un peu de farine
  • sel, poivre

On y va :

  • Une fois le foie gras dé-veiné, coupez le en tranches (1/2 si amuse-bouche, 1 si entrée, 2 si plat principal).
  • Salez, poivrez, et enfarinez.
  • Saisissez les 1 minutes de chaque côté dans une poêle.
  • Pendant ce temps, faites cuire les marrons dans une casserole d’eau bouillante en y ajoutant  les deux cubes de bouillon.
  • Poussez la cuisson jusqu’à ce que les châtaignes se défassent.
  • Egoutez les mais conservez le jus.
  • Ajoutez la crème liquide et mixez en purée.
  • Puis, ajustez  à votre goût la liquidité du velouté à l’aide du bouillon.
  • Salez, poivrez à votre convenance. Un peu de noix de muscade relèvera d’autant plus votre velouté.
  • OPTIONS de décoration : émulsion de lait (éventuellement parfumé à la vanille) et/ou quelques gouttes de réduction
    Foie gras poêlé et velouté de châtaignes

    de vinaigre balsamique

Dressage : Dans une assiette creuse par personne, versez le velouté dans le fond, puis disposez vos escalopes de foie gras dans le centre (éventuellement en les superposant). Décorez d’un peu de coriandre.

A consommer de suite !

Des cannelés comme à Bordeaux !

Cannelé

Je n’aurais jamais cru ça si simple ! Du coup je regrette bien de ne pas m’être lancée avant… Mais parce qu’il n’est jamais trop tard, voici, step one, ce qu’il faut réunir pour faire des bons cannelés :

  • 2 oeufs entiers et 2 jaunes d’oeuf
  • 100 g de farine
  • 250 de sucre
  • 50 g de beurre + 50 g pour beurrer le moule
  • 2 cuillères de rhum
  • 1 gousse de vanille
  • 50 cl de lait
  • un moule à cannelés ! (de Buyer, Zodio, tupperware…)

Chef la recette  !

  • On fait bouillir le lait, le beurre et la vanille.
  • Pendant ce temps là, on mélange les oeufs, le sucre, la farine, et une pincée de sel.
  • On verse le lait sur la 2e préparation et on laisse refroidir.
  • Puis on y ajoute le rhum (et on en boit pas trop en même temps…).
  • On laisse reposer 1 heure au frigo pendant qu’on fait préchauffer le four contenant une plaque qui servira de support au moule.
  • On beurre le moule puis on le remplit de la pâte au 3/4 de chaque alvéole.
  • On enfourne 5 minutes à 250° (ça c’est pour le croustillant) puis 1 heure à 170° (ça c’est pour le moelleux !).
  • On démoule chaud et on déguste chaud, tiède ou froid le lendemain ! Tout aussi bon…

Faire son pain, sans machine à pain, c’est possible !

J’ai testé la recette du paix aux noix ! Succès !

Ingrédients pour une boule de pain

  • 500 g de farin e
  • 300 ml d’eau
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • 2 cuillères à soupe d’huile de noix
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • 125 g de noix décortiquées
  • sel

Recette

Faire lever la levure dans un peu d’eau tiède pendant 15 minutes. Pendant ce temps, et après avoir mis le four à préchauffer, mélanger la farine, l’eau, le miel, une cuillère d’huile de noix, les noix, et le sel. Bien pétrir la pâte  ( il s’agit surtout de l’aérer). Ajouter la levure. Laisser la pâte monter une heure. La verser dans un moule à haut rebord préalablement salé et huilé avec la deuxième cuillère d’huile. Laissez reposer une autre heure. La pâte doit alors doubler de volume. Mettre le moule au four, pendant 45 minutes, à 225 degrés. Laissez refroidir. Déguster.

Faire son Ratafia

Le Ratafia… mhhhh…. Le Ratafia est une mistelle (provient de l’italien misto, qui signifie « mélangé ») c’est-à-dire une boisson alcoolisée sucrée obtenue par mélange de moût de raisin frais (jus de raisin non fermenté) et d’alcool, pour obtenir un assemblage de 18 degrés. Un an après sa confection, il devient un excellent apéritif.

Le faire soi-même, c’est très facile, et c’est surtout très bon! Pour cela il faut attendre la période des vendanges… mais surtout il faut:

  • Connaître un vigneron qui vous offre gracieusement quelques litres de jus de raisin fraîchement pressé (appelé vin doux)
  • Trouver une pharmacie qui accepte de vous revendre des petits bidons d’alcool à 90 degrés (véritable challenge si vous ne vous y prenez pas quelques temps avant car elles refusent… l’astuce est d’en demander un petit peu… dans plusieurs pharmacies! )
  • Un bidon pour la macération
  • Un an après : une bouteille de champagne vide, du sucre de canne liquide, un entonnoir et du coton

Recette pour 2 litres de jus de raisin

  • Mélanger dans un bidon les 2 litres de jus de raisin avec 40 cl d’alcool à 90 degrés
  • Laisser reposer une année
  • Videz le contenu du bidon dans 2 bouteilles de champagne vides grâce à un entonnoir que vous aurez rempli de coton afin de filtrer le jus devenu alcool
  • Rajoutez le contenu d’1 ou 2 bouchons de sucre de canne liquide (en fait c’est selon votre goût)
  • Servir dans l’année, accompagné d’un glaçon… et de modération 😉